> Théâtre 13 / Seine Théâtre - Prix Théâtre 13

PRIX THÉÂTRE 13 / JEUNES METTEURS EN SCÈNE 2017

12ème édition

Carmen

17193715_1226683520713450_353666125_o (1)

mardi 13 juin et mercredi 14 juin à 20h
fable contemporaine
Carmen 
texte et mise en scène Lucie Digout
Production L'Eternel Eté

1h25 sans entracte – à partir de 7 ans


« Il y a toute une époque entre nous, et aujourd'hui, un pays entier de neige » Mallarmé

Trois heures de l'après-midi, soleil au zénith, fraîcheur d'une petite église andalouse, sons de cloches, journée splendide. Enterrement de Carmen.  Sur les bancs ceux qui ont compté : sa mère, ses amis d'enfance, son amant...  Le cercueil fait son entrée et on reprend depuis le début : Enfance – Jeunesse – Maturité – Décès.  Séville – Paris – New-York – Séville.

Un récit de femme.

Si l'on pouvait retrouver les lieux exacts, les jeux exacts, les copains, les bêtises, la mer Méditerranée, les cris dans la rue...
Si l'on pouvait retrouver la petite fille, les odeurs d'enfance, les gamins et les vélos dans la cour.
Carmen est une histoire vraie, comme toutes les histoires.
Si l'on pouvait s'asseoir à la table de l'enfance, faire remonter la petite histoire et la grande. De la joie pour lutter contre l'absence d'un parent, contre la fatigue des adultes, contre les générations précédentes, les  guerres précédentes. Danser ! Et puis grandir.
Être jeune. Être une femme. Une amante. Une artiste. Devenir libre.

Devenir politique et intime. Aimer ! S'arracher de sa mémoire. Partir. Suivre n'importe qui, arriver n'importe où. Se chercher. Échapper au passé. Liberté !
Et les fantômes ? Et la famille ? Et l'enfance ? Fuir. Ne pas se laisser rattraper ou mourir.

Elle aurait pu s'appeler Carmen, Frida ou Niki,  Sa vie a été une course folle, une faim, une joie, un infini !


Avec Emmanuel Besnault (Matìs), Lucie Digout (L'infirmière / La grand-mère / L'artiste), Jade Fortineau (Carmen), Maxime Le Gac (Antoine), Julie Julien (La mère), Charles Van de Vyver (Le père / L'amant)
Scénographie Juliette Minchin, Costumes Lucie Digout et Juliette Minchin, Assistanat Justine Chasles
Production L'Eternel Eté, avec le soutien de Xavier Lescat, le Jeune Théâtre National et le CNSAD


Lucie Digout
Après 2 ans de Classes Préparatoires, Hypokhâgne-Khâgne au Lycée Lakanal et 2 ans à l'Ecole du Jeu, Lucie entre au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris en 2013. Elle y travaille notamment avec Xavier Gallais, Michel Fau, Yann-Joël Collin, Wajdi Mouawad, Daniel Martin, Thomas Ostermeier et Christian Benedetti. Durant ces 3 années de formations, Lucie rencontre ses camarades de promotion et décide d'écrire pour eux à l'occasion des Cartes Blanches du Conservatoire, puis de l'atelier de sortie des troisièmes années pour lequel elle écrit 60°Nord, une pièce pour douze comédiens, qu'elle met en scène avec Emmanuel Besnault. En dehors de l'écriture et de la mise en scène, Lucie travaille également en tant qu'actrice au Centquatre dans l'Enjeu, mis en scène par Delphine Eliet, à la radio pour les fictions de France Culture qu'elle enregistre avec le comédien Laurent Poitrenaux, sous la direction de Xavier Gallais, ou encore au cinéma aux côtés de Jean-Pierre Bacri, Vincent Lacoste, Mathieu Amalric et Félix Moati, dans le dernier film de Michel Leclerc, La vie très privée de monsieur Sim. En 2017, Lucie travaille avec les 3èmes années de l'Ecole des Enfants Terribles pour qui elle écrit et met en scène leur spectacle de sortie. Elle retrouvera bientôt un grand nombre de ses camarades de promotion sur le plateau du Théâtre National de la Colline pour la prochaine création de Wajdi Mouawad : Victoires .