> Théâtre 13 / Seine Théâtre

OPÉRATION ROMÉO - TCHÉCOSLOVAQUIE, 1984

texte Viliam Klimáček
mise en scène Eric Cénat
Parcours écritures européennes d'aujourd'hui

Expo photo

Foto19_2 copie

Exposition photo hall du théâtre (entrée libre)
Du 21 septembre au 4 octobre 2017

Prague 1983 - Mémoires nocturnes
Une exposition photographique de Peter Župník

Prague. Début des années quatre-vingt. J’arrive de l’Est de la Tchécoslovaquie pour étudier la photo à la FAMU (Académie des Beaux Arts, faculté de cinéma, département photo). Je ne connais pas Prague. Je me fais engloutir par cette ville. Je me promène beaucoup, je dévore des yeux les divers recoins de la ville qui me parlent. C’est une drôle d’époque ; beaucoup de choses ne fonctionnent pas normalement. J’aime la nuit, la ville est calme, les gens sont rentrés chez eux ; ils vont au travail tôt le matin. Les visiteurs et les touristes allemands mènent une vie nocturne. Mais ce n’est pas ce que je cherche. Je commence à prendre en photo les traces de l’activité humaine et du temps qui passe.

Les possibilités du flash me fascinent. J’ai l’impression qu’il dénude les choses, qu’il les met en relief et qu’il instaure un ordre un ordre nouveau de contrastes. Je me promène la nuit dans une ville que je connais de jour et je flashe. Je devine ce que l’éclair de l’appareil photo va dévoiler. Je suis à la recherche de symboles et de formes, de la transformation des choses quotidiennes. Je cherche ma photo, une composition de choses banales, de l’ordre dans le chaos. Ce sont mes sentiments et mon regard qui me guident. Puis, je m’arme de courage et je prends en photo les gens que je croise dans la rue. J’essaie de prendre en photo des gens différents les uns des autres. Les événements sensationnels et les tabous de la métropole socialiste ne m’intéressent pas. Je n’ai pas le temps de penser à la composition du tableau, j’ai à peine quelques secondes pour une mise au point. Avec le temps, j’abandonne le flash, et mes intérêts photographiques se déplacent. Une partie des photos avec les passants est utilisée comme exercice de photographe documentaire.

Vingt ans plus tard, à Paris, je regarde mes archives et je redécouvre les négatifs flashés de Prague. Je voyage dans le temps à la recherche de sensations oubliées de cette époque, je tente de composer une mosaïque avec les tableaux vivants et des natures mortes qui se forment à partir des grandissements ; je trie au fur et à mesure. Les photographies commencent à parler leur propre langue et à former un cycle. Je redeviens observateur, mais cette fois-ci de ma propre histoire.

Peter Župník, mars 2003, Paris

Né à Levoča (Slovaquie) en 1961. Dans les années 1976-80 Peter Župník étudie la photographie appliquée à l'école secondaire des arts et métier de Košice. De 1981 à 1986, l'étude des études supérieures de photographie artistique à l'université FAMU de Prague. Depuis 1987 il bénéficie du statut de photographe indépendant. En 1995 il quitte Prague pour Paris. Ses photographies ont été exposées dans les galeries dans le monde entier. Ses oeuvres figurent dans les nombreuses collections publiques: Maison européenne de photographie, Centre Georges Pompidou, Fond national d'art contemporain, Musée de l'Elysée à Lausanne et dans d'autres institutions et collections privées.