> Théâtre 13 / Jardin Théâtre

INTRA MUROS

Texte et mise en scène Alexis Michalik

Note d'intention


Génèse du projet

Une maison centrale est un type de prison qui prend en charge les détenus condamnés à de longues peines. Elle accueille également les détenus les plus difficiles, ou ceux dont on estime qu'ils ont peu de chances de réinsertion sociale. Il y a quelques temps, un de mes courts-métrages reçut un prix, décerné par les détenus d'une centrale. J'eus l'opportunité, avec l'une des actrices, d'aller échanger pendant une heure ou deux avec ce groupe de détenus. Ce fut une expérience passionnante. Fervents cinéphiles, il débattirent avec nous du court-métrage, bien sûr, et des derniers films qu'ils avaient vus, sur leur ordinateur. Puis, la conversation dériva sur leur quotidien, et sur leur perception du temps… qui s'étirait inexorablement. Certains d'entre eux avaient même passé plus de temps entre les murs qu'au dehors. Quelques jours après, je me questionnais encore sur toutes ces choses dont nous aurions pu parler. Mais plutôt que de poser des questions, j'ai préféré imaginer les réponses. Et en imaginant ce qui aurait pu se passer à l'intérieur de ces murs - intra muros - la fiction est venue supplanter la réalité. La scène est en prison, donc. Un metteur en scène va donner leur premier cours de théâtre à deux détenus. De ce cours découlera une introspection sur les raisons de leur détention, sur leur rapport au temps, et sur l'espace qui les sépare de ceux du dehors. De cette introspection naîtra une histoire romanesque et pleine de rebondissement, sur le plateau nu de cette prison.


Note de mise en scène

En 2011, à l'invitation de mon ami et producteur Benjamin Bellecour, je crée, pour son festival d'écriture contemporaine, un spectacle hybride rassemblant ma soif narrative et mon amour des mises en scènes épurées qui trouvent plutôt leur place sur les scènes subventionnées : Le Porteur d'histoire. C'est alors la première fois que je m'attaque à un texte qui n'est pas un classique, mais issu de ma propre imagination. L'enjeu, trois représentations au Ciné 13 Théâtre, n'est pas colossal, le budget inexistant.

Je propose à mes 5 comédiens de travailler d'une manière originale, que je meurs d'envie d'essayer : créer le texte à partir d'improvisations dirigées… J'adore les créations collectives de Simon Mc Burney, ou de compagnies plus jeunes, mais je voudrais y apposer mon histoire, une histoire qui existe tout à fait dans ma tête mais que je refuse pour l'heure de mettre sur papier. Je me contente de la raconter, d'abord à mes acteurs, puis à mon entourage. En la racontant, je peaufine, mets le doigt sur des passages plus faibles, résous des incertitudes. Pendant deux semaines, nous répétons. Chaque acteur sait les personnages qu'ils vont incarner, je leur détaille, nous les créons plus en détail, leur donnons un passé, puis attaquons la scène. Ils ont un canevas très précis qu'ils doivent suivre, pas de place pour le superflu. Certains, moins à l'aise dans l'exercice, me prient d'écrire leurs dialogues. D'autres inventent leur texte à mesure que je compose la mise en scène. À la fin de la journée, j'enregistre le résultat de la session, le mets sur papier, puis je réécris. Le lendemain, le texte est là.

Cette méthode intense et créatrice me libère du carcan textuel, me permet de construire la mise en scène en même temps que les dialogues ! Elle trouve ses limites, hélas, lorsque nous attaquons au cours des répétitions les parties de l'histoire qui se déroulent dans le passé. Difficile, en effet, d'improviser à la manière du XIXe siècle, d'autant que je veux pour ces scènes un langage plus soutenu. Ainsi, je me résous à écrire la suite, plus classiquement, à la table.

Je quitte à regret cette méthode, et ne la réutilise pas pour mes deux créations suivantes, Le Cercle des Illusionnistes et Edmond, pour diverses raisons. En partie parce que pour convaincre les théâtres privés, il est préférable de présenter un texte, parce que l'enjeu financier invite à la prudence, également sans doute pour asseoir un peu ma légitimité d'auteur. Néanmoins, je me dis toujours que je veux revenir à cette forme de création, au plateau.

Lorsque j'apprends que la salle historique du Théâtre 13, le Théâtre 13 / Jardin va rouvrir après deux ans de travaux (celle-là même où nous avons créé la version parisienne du Porteur d'histoire), je propose à Colette Nucci de repartir sur ce type de spectacle.

Je lui raconte donc Intra Muros, une histoire qui se passe en prison, une sorte de huis clos qui n'en est pas un, pour cinq acteurs et un musicien.

Une histoire contemporaine, ou atemporelle, que nous pourrions donc créer, avec cinq comédiens, improvisateurs de bon calibre, en suivant cette méthode si riche et excitante. Sur la plateau, l'épure. Quelques chaises, un portant, un "tapis" brookien…

Une mise en scène qui se construira en même temps que les dialogues.

Une sorte de saut dans le vide, entre trois murs.

Alexis Michalik