> Théâtre 13 / Seine Théâtre

DON QUICHOTTE

d'après Miguel de Cervantès
mise en scène Jérémie Le Louët

Revue de presse

La grande réussite de la mise en scène est de parvenir à dédramatiser une oeuvre intimidante, sans rénier sa dimension mythologique. Une adaptation inspirée et audacieuse. Etienne Sorin - Le Figaro

Avec une troupe soudée et inventive, un sens aigu de la débrouille, de la dérision et de l'épique, le jeune metteur en scène a su relever le gant. Le coeur et l'esprit de l'oeuvre sont là. Philippe Chevilley - Les Echos

Les histoires et le ambiances se succèdent à un rythme fou. La troupe passe son temps à construire les vérités du roman et à les retourner, fidèle au héros de Cervantès, entre la fronde et le rêve. Lionel Jullien, Arte Info

Un spectacle hors norme, qui fait jouer aussi le public. Un moment inoubliable. Aurélia Bloch, France 2 - Télématin

En jouant à fond sur le divertissement mais aussi sur le théâtre en construction, le metteur en sènce réussit là où Orson Welles et Terri Gilliam ont échoué dans l'adptation de ce roman épique. Et c'est un exploit. Stéphane Capron, France Inter

Celui qui a déjà monté Ionesco, Jarry et Shakespeare sait casser la théâtralité tout en la célébrant, jouer en déjouant. Sa rage à faire entendre la parole radicale de Cervantès, sa défense des marginaux et notre réel besoin de chevalerie aujourd'hui est réjouissante. Fabienne Pascaud, Télérama

Un spectacle généreux, entre tradition et modernité. Jérémie Le Louët hisse la direction d'acteur à un très haut niveau. Stéphane Capron, Sceneweb.fr

Drôlement culotté et sacrement intelligent ! Don Quichotte par Jérémie Le Louët, c'est une formidable machine théâtrale. Denis Sanglard, Unfauteuilpourlorchestre.com

Théâtre ou cinéma ? Fiction ou réalité ? Jérémie Le Louët, le jeune auteur, acteur, metteur en scène, s'amuse à flouter les frontières, incarnant à merveille le personnage de Don Quichotte. Joël Audran, Le Dauphiné Libéré

La mise en scène est paradoxale. A la fois classique, moderne, audacieuse, désordonnée, tour à tour burlesque et grave, comme si le héros, dans sa déconfiture, proposait autre chose de plus grand, de plus généreux que la réussite et les honneurs, un réel plus réel, un vrai plus vrai. Claude Kraif, Revue-Spectacles.com